Start-up: quel statut juridique?

La création de start-ups est en pleine croissance, et ce depuis quelques années. En effet, nombreuses sont les idées d’affaires qui ont su conquérir les investisseurs et les ont poussés à investir. Si vous aussi vous avez une idée brillante et que vous voulez créer votre start-up, il est important de bien se préparer. Il faudra d’ailleurs connaitre toutes les ficelles juridiques pour être sûr de ne pas avoir de problème.

Pourquoi définir un statut juridique ?

Une start-up est aussi une entreprise, si petite soit-elle. En général, c’est le début de la création d’une entreprise plus grande. Mais comme on dit, il y a un début à tout. Pour être sûr de pouvoir exploiter sa start-up en toute légalité, il est important de bien définir son statut juridique.

Ce sera également une balise de sécurité pour tous ceux qui ont pris part à la création de la start-up et de fixer les responsabilités de chacun. Le statut juridique de votre Start-up permettra également de la situer sur le domaine fiscal. Car même si c’est une Start-up, c’est une société à part entière qui devra s’acquitter de ses impôts. Pour toutes ces raisons, et d’autres encore, il est donc plus que nécessaire de bien définir le statut juridique de votre Start-up. Mais quels sont les éléments à prendre en compte pour choisir le statut juridique adapté à votre start-up ?

Les éléments clés pour choisir un statut juridique

Certains facteurs sont très importants pour pouvoir choisir un statut juridique d’une entreprise. Il faut que le statut soit assez flexible pour s’adapter à l’évolution constante de l’entreprise. Dans le cas d’une start-up, il est important que le statut juridique que vous allez adopter puisse s’adapter au fait que de nombreuses personnes puissent intervenir légalement dans les cadres juridiques de l’entreprise.

Entre les fondateurs, les investisseurs, ainsi que les actionnaires, le statut juridique de votre start-up devra être adapté à une entité pluripersonnelle et permettre l’addition ou l’extraction d’un actionnaire ou d’un associé à tout moment. Et si votre rôle ne se résume qu’au titre de fondateur, il est primordial de choisir un statut juridique qui vous immunise contre les échecs éventuels, car on ne peut pas toujours être sûr que l’entreprise sera un franc succès. Ces éléments sont donc les principaux critères de sélection d’un statut juridique d’une start-up, mais d’autres facteurs comme le régime fiscal sont aussi à considérer.

Les statuts juridiques

Pour la création d’une entreprise ou d’une Start-up, vous avez le choix entre plusieurs statuts juridiques : la SARL, la SA et la SAS. Bien que ces statuts juridiques suivent les mêmes règles d’imposition, ils diffèrent dans leur gestion. En effet, pour une société SARL il est impératif que la création de l’entreprise se fasse par deux associés. De plus, il est impossible de créer différentes dénominations pour sa gestion, car elle ne peut être dirigée que par une seule personne. Le statut juridique SAS quant à lui est plus souple, car pour ce type de société, il faudra être deux pour la créer et il est possible de la gérer à plusieurs. C’est donc le plus adapté à une Start-up.